Réflexion sur l’agriculture en milieu urbain à Dakar

L’agriculture en zone urbaine au Sénégal est une stratégie de subsistance alimentaire et de lutte contre la pauvreté. Prenons le cas de la ville de Dakar, où le développement de l’activité agricole pourrait contribuer à la vitalité économique de manière considérable. Il existe de vastes zones de production agricole principalement dans les Niayes, situées au long du littoral Nord de la région sur une bande côtière de 10 à 15km de large à la latitude sahélienne. Une grande quantité de produits agricoles (les légumes et les fruits vendus sur les marchés de Dakar), et 80% des fleurs et plantes d’ornement de la région sont produites dans cette zone du littoral. Au Sénégal les structures d’exploitation horticoles sont caractérisées par la prédominance des vergers, des jardins de case et des exploitations privées. L’activité agricole privée est un excellent vecteur pour une autonomie de production et de consommation favorable aux citadins. Au Sénégal sur une parcelle d’un mètre carré dans un jardin, on peut s’attendre à récolter jusqu’à 50kg de tomates par an, bien sûr si l’on utilise les techniques d’agriculture adaptés aux conditions de la région en question. En plus de cette fonction alimentaire, la pratique du jardinage est considérée comme une activité physique modérée ayant des impacts positifs sur la santé. L’agriculture en milieu urbain au Sénégal est un outil multifonctionnel pour le développement durable des quartiers et des villes. Mais aussi une solution pour reconnecter le citadin à la nature et répondre au défi climatique.

(Senagriculture)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire